Théâtre des Champs Elysées - 20h00

Georg Freidrich Händel (1685-1759)

Armida abbandonata "Dietro l'orme fugaci", cantata à voce sola con stromenti, HWV 105

Sonate en trio opus 2 N°1 en si mineur HWV386b

La Lucrezia "ONumi eterni", cantata à voce sola, HWV 145

Aminta e Fillide "Arresta arresta il passo", cantata à due voci con stromenti HWV 83

Avec les solistes du Concert d'Astrée, David Plantier (violon I), Agnieszka Rychilk (violon II), Atsushi Sakaï (violoncelle) Nicola Dal Maso (Contrebasse), Thomas Dunford (luth).

Direction et Clavecin : Emmanuelle Haïm.

Sabine Devieilhe : soprano, Lea Desandre : mezzo-soprano,

Marianne Crébassa, initialement prévue pour donner la réplique à Sabine Devieilhe a du annuler sa participation au concert et plus largement tous ses engagements sur 2 mois. Il est inquiétant de voir une jeune chanteuse, ainsi fatiguée et contrainte de mettre fin de façon brutale, à un rythme sans doute effréné, pour pouvoir se ressourcer.

Nous lui souhaitons bon rétablissement et espérons vivement la recroiser très vite sur les scènes. 

Ce programme "tout Händel" est vraiment une affaire de spécialiste et relativement confidentiel. Ces cantates sont traitées comme des airs de concerts ou d'opéra, un peu à la manière de Mozart, alternant les andante et les parties de furie.

On peine même à reconnaître le timbre de Sabine Devieilhe, tant le style qu'elle apporte, transforme sa voix.

Deux bis vont couronner le concert  « Bramo aver mille vite » d’Ariodante (où la mezzo redevient le monsieur), et « Pur ti miro » du Couronnement de Poppée